Déontologie : proposition de principes
La déontologie est comprise ici comme le respect de principes communs à tous les tatoueurs soucieux de pratiquer dans les meilleures conditions d'hygiène et de respect du client.
Par son adhésion à ces principes, il participe de manière responsable à l'image de toute une profession.

Les principes énumérés ci-contre se veulent une synthèse des textes de références, issus de chartes d'associations professionnelles, de recommandations officielles en matière d'hygiène, et d'articles de presse.
Ils ne constituent donc pas une référence mais plutôt une proposition destinée à être enrichie et modifiée, dans la mesure où aucun Code de déontologie “officiel” et commun à tous les tatoueurs français n'existe.
  Définition

Dans les principes suivants, est dénommé TATOUEUR celui - ou celle (tatoueuse) - dont la pratique du TATOUAGE constitue l'activité principale, dans le respect des techniques et des critères d'usage acceptés par la profession.
Il a choisi cette activité par passion, et non pour des raisons exclusivement lucratives.
Le tatouage, électrique ou manuel, appelé aussi "dermographie", est définie comme la technique qui permet de déposer des pigments dans la peau à une profondeur de 1 à 4 millimètres, en faisant pénétrer un groupe d'aiguilles plusieurs centaines de fois par minute.

  Professionnalisme

Chaque tatoueur est responsable de l'image de la profession toute entière.
A ce titre, il se refuse à commettre tout acte ou toute parole de nature à discréditer les professionnels qui exercent le même art.
Il assure, dans la mesure du possible (compétence pour le projet/motif demandé), un rôle de conseil auprès de ses clients et tâche de les réorienter, le cas échéant, vers un autre tatoueur.
Dans tous les cas, il informe chaque client des risques et des précautions à prendre, ainsi que des règles élémentaires d'entretien du tatouage.
Tout tatoueur répond aux éventuelles questions et/ou inquiétudes rencontrées pendant et après la cicatrisation du tatouage, et effectue sans frais supplémentaires les éventuelles retouches nécessaires.

  Éthique

Tout tatoueur se doit de refuser de tatouer (personnes et objets) :
- un mineur, sans autorisation écrite ou présence physique de ses parents ou tuteurs légaux
- toute personne manifestement sous l'emprise de drogues, alcool, ou autres psychotropes
- toute personne... à la demande d'une autre (les candidats au tatouage sont volontaires)
- un motif qu'il juge inesthétique
- un motif qu'il estime ne pas pouvoir réaliser

  Principe de réserve

Tout tatoueur se réserve le droit de refuser de tatouer
- toute personne présentant selon lui un risque en matière d'hygiène ou de santé (principe de précaution)
- tout projet ou motif en fonction de son emplacement, des compétences du tatoueur à l'exécuter, ou allan à l'encontre des convictions personnelles du tatoueur

  Hygiène et prévention des risques

Tout tatoueur respecte les règles élémentaires en matière d'hygiène, notamment en suivant scrupuleusement la réglementation en vigueur.

  Tarification des actes

Dans la mesure où le tatoueur réalise exclusivement des oeuvres uniques et personnalisées, il fixe le prix en fonction de la taille, de la complexité, de la présence de couleurs, de l'emplacement sur le corps, et du travail de préparation (dessin et recherche documentaire) que pourra nécessiter le tatouage.
Un tarif horaire peut être défini par défaut. Dans tous les cas, un devis doit être fixé avant que le travail ne soit commencé.

Tatouer un mineur ?
Beaucoup de tatoueurs refusent de tatouer une personne mineure.
En cas de doute sur l'âge du client, le professionnel n'est pas habilité à exiger une pièce d'identité : il peut en revanche refuser de pratiquer l'acte, ou demander au client de signer un contrat dans lequel il certifie être majeur. Dans l'hypothèse ou le client se révèle être une personne mineure, le tatoueur pourra ainsi disposer d'un document montrant sa bonne foi et l'abus de confiance dont il a été victime.
Quoi qu'il en soit, l'article R.1311-11 du Code de la santé publique interdit de pratiquer le tatouage sur une personne mineure sans le consentement écrit d'une personne titulaire de l'autorité parentale ou de son tuteur. Il est judicieux d'assortir ce consentement de la présence physique d'un parent (tuteur légal) : cette présence permet en outre de renforcer la portée de l'information donnée par le professionnels sur les risques et les soins à apporter ultérieurement.

Page modifiée le 25/12/2008 (mise en ligne le 15/12/2002)
© tatouagedoc.net 2002-2009