Premier tatouage...
Envie d'un tatouage ?

Interroge tes motivations, prends conscience du caractère irréversible de l'acte, médite ta capacité à assumer cette marque...
Chacun est libre d'apporter les modifications qu'il souhaite sur son corps, on peut cependant te décourager de te faire tatouer :
- pour quelqu'un
- pour faire comme quelqu'un d'autre (individu ou groupe)
- par coup de coeur, notamment pour un "motif"...
Autant de prétextes qui risquent de te faire regretter cet acte dans les mois ou les années à venir : l'expérience montre que plus on accorde du sens et de la valeur à un tatouage, plus on a de chances d'éviter un "rejet" de ce tatouage. On s'abstiendra ici de parler des pratiques tribales, traditionnelles ou ancestrales, qui répondent à d'autres desseins sociaux : le tatouage contemporain permet notamment de marquer son individualité, il serait donc dommage de ne pas en profiter !
Ne cède pas à la "mode" du tatouage, car si elle est passagère, la trace, elle, n'est pas éphémère !

Mûris l'idée, mesure ce que tu fais... Assumer un tatouage est loin d'être une évidence. Pense au regard des autres et à l'importance que tu y accordes, parce que ce regard te rappellera en permanence ce que tu portes.



Un tatouage pour quelques années ?
Si tu as entendu parler d'une forme de tatouage "semi-permanent", n'hésite pas à lire cette petite page sur le tatouage éphémère.
Si tu penses être vraiment décidé(e) : prends ton temps.
Commence par découvrir la richesse du tatouage : feuillette revues et ouvrages spécialisés, déplace-toi dans les studios, si possible dans les conventions de tatouage, regarde les books* des tatoueurs... Beaucoup proposent un site ou une page web perso où ils exposent leurs travaux !

Bien que l'idée soit simplifiée, on peut en gros distinguer trois types de tatoueurs :
Les "artisans" reproduisent de manière plus ou moins fidèle des dessins standards, déjà existants, ou réalisés par d'autres. Comme dans tout métier, il y a de bons et de mauvais artisans : c'est à toi de faire le tri en prenant le temps de comparer les réalisations des tatoueurs via leurs books (à ne pas confondre avec les "catalogues de flashs"* !) ;
Les "artistes" explorent un univers intimement lié à leur personnalité et leurs affinités personnelles : peinture, graphisme, musique, littérature, cinéma, histoire... Les différents domaines culturels sont autant de prétextes pour inspirer leurs créations. En choisissant un tel tatoueur, tu décides en quelque sorte d'entrer dans son univers et de te laisser guider en toute confiance !
La majorité des tatoueurs se place rarement dans une démarche radicale : le plus souvent, une partie de leur travail s'apparente à celle de l'artisan, l'autre à celle d'un artiste, et parfois un peu des deux... Ils doivent dans tous les cas se soucier d'adapter le motif à la morphologie du corps : c'est pourquoi il est important de suivre l'avis du tatoueur sur l'emplacement et la taille du futur tatouage.
Lorsqu'un tatoueur suggère de réaliser une pièce plus grande que celle demandée initialement, ce qui est assez fréquent dans le cas d'un premier tatouage, il est plus sage de s'en remettre à son avis : le prix final n'en sera d'ailleurs pas forcément augmenté d'autant !

Quoi qu'il en soit, l'accent doit être mis sur la démarche : Prends le temps de choisir ton tatoueur en feuilletant les books*. Tu peux pour cela visiter plusieurs studios, mais si tu en as l'occasion, n'hésite pas à te déplacer dans une ou plusieurs convention(s) de tatouage : tu pourra ainsi observer en un même lieu différents styles et avoir un premier contact avec plusieurs professionnels.
Lorsque tu aura porté votre choix sur un tatoueur, fais-lui part de ton idée afin qu'il puisse la "creuser" avec toi : selon ses habitudes de travail, il pourra soit adapter un motif afin de le rendre unique, soit réaliser une création originale.



A ces créateurs qui nous donnent matière à s'émerveiller d'une ligne, d'un volume, d'une couleur ou d'une expression ; A ces virtuoses de l'aiguille, à ces sorciers du tattoo gun qui matérialisent nos fantasmes et nous autorisent à nous croire libres.
Edito Tatouage Magazine n°4 - juin/juillet/août 1998



Précautions et contre-indications

Dans les situations de maladie chronique ou d'utilisation prolongée de médicaments, l'acte de tatouage doit être préalablement discuté avec le médecin traitant de la personne concernée.
Outre les complications liées aux infections, des réactions allergiques aux pigments de tatouage et des cicatrisations pathologiques sont possibles. En cas d'allergie au latex connue, le professionnel pourra utiliser des gants d'examen en matière équivalente au latex.

Les femmes enceintes [1] présentent une sensibilité et une émotivité particulières, et présentent en outre des différences de poids pouvant avoir des conséquences sur l'aspect du motif (peau distendue notamment). La décision du tatouage doit être à l'appréciation à la fois du tatoueur et de la future maman.

Enfin, on pourra dissuader les adolescents, dont la croissance n'est pas achevée, de se faire tatouer. Par ailleurs, une maturité psychologique est essentielle à la décision de se faire tatouer, même si elle est difficile à évaluer... A noter que la loi exige un consentement parental écrit pour tout acte de tatouage sur une personne mineure. Certains professionnels refusent par ailleurs de tatouer les mineurs.



Tarifs, prix d'un tatouage, tatoueur "pas cher"...

Connaître le coût de ton futur tatouage est tout à fait légitime, mais considérer le prix comme un critère pour choisir ton tatoueur ou ton motif est absurde et risqué. Si tu te focalises sur l'aspect financier, tu risques d'oublier l'essentiel : la qualité du travail réalisé. C'est pourtant ce qui doit guider ton choix.
Bien sûr, le tarif annoncé pour un même motif peut varier d'une enseigne à l'autre : la qualité du travail et parfois une certaine renommée justifient ces variations. Il ne faut pas en déduire pour autant que des tarifs élevés garantissent le résultat. Le prix est un très mauvais indicateur : un bon tatoueur n’est pas forcément cher, mais a contrario un tatoueur qui pratique des prix vraiment peu élevés compense peut-être un manque de talent manifeste... Il faut également songer au contexte géographique : les charges d'un studio ne sont pas les mêmes à Paris que dans une petite ville de province !
Dans la mesure où personne ne t'oblige à te faire tatouer, admets que tu t'"offres" un tatouage. Et c'est un cadeau plutôt prestigieux si l'on considère que tu va le porter toute ta vie ! Un tatouage c'est du luxe : prends donc le temps d'y mettre le prix si ton projet le nécessite. Il est par ailleurs vivement déconseillé de marchander avec un tatoueur le prix annoncé : c'est tout à fait irrespectueux de son travail. Si tu estimes que le tarif est exagéré, contente-toi de décliner poliment la proposition et d'aller solliciter un autre professionnel. C'est le meilleur moyen de comparer les books et les tarifs ! Quoi qu'il en soit, mieux vaut ne pas avoir de limite financière à un projet tatouage et mettre le temps de la réflexion à profit pour épargner !

Concrètement, comment un tatoueur fixe-t-il le prix ?
Si ton tatouage peut être réalisé en une fois, le tatoueur indiquera au minimum une estimation, au mieux un tarif précis si le projet est clairement défini. Quoi qu'il en soit, tu es bien sûr en droit de connaître le prix exact avant la séance, ne serait-ce que pour prévoir la somme à régler le jour J (beaucoup de studios, notamment les petites structures, n'acceptent que les règlements en espèces). Cette somme prend en compte non seulement la taille du motif, mais également sa complexité technique, parfois l'endroit du corps sur lequel travailler (certaines zones sont plus délicates que d'autres à tatouer), la présence ou non de couleurs, etc.
La plupart des professionnels appliquent un tarif incompressible, ou tarif de base. Son montant correspond au coût mimimum de la réalisation d'un tatouage : matériel jetable, encres, usure des machines et des équipements, temps nécessaire à la préparation de la séance... Ce montant, pouvant varier (en France) de 50 à 150 euros selon les enseignes, te sera appliqué sans réduction possible.
Pour un tatouage nécessitant plusieurs séances, c'est généralement un tarif horaire ou forfaitaire (prix à la séance) qui est appliqué : dans l'un ou l'autre cas, le tatoueur doit être en mesure de te donner une estimation du temps ou du nombre de séances envisagé. Tu saura ainsi quelle somme maximale pourra t'être facturée, même si la durée de la réalisation se révèle sous-estimée par le tatoueur.
* Un catalogue de flashs est un album regroupant des motifs plus ou moins standardisés ou créatifs : la qualité des dessins contenus dans ce type de document ne donne aucune indication sur les compétences du tatoueur et sur la qualité de son travail !
Que le tatoueur propose ou non des catalogues de flashs à sa clientèle, c'est donc systématiquement son "book", contenant ses propres réalisations (notamment donc les photos de ses tatouages bien sûr, mais aussi parfois ses dessins destinés à être tatoués ou adaptés en vue d'un tatouage) qu'il faut demander à voir pour se faire une idée plus précise du travail du tatoueur.




[1] Un tatouage interdit-il une péridurale ?
Voir le sujet régulièrement mis à jour sur le forum :
"Tatouage et péridurale"



Deux sites instructifs...

Sur Tattoo Belgium, site dédié à trois studios belges, une section très bien faite et avec un humour donne quelques notions de base et des conseils à ceux qui découvrent le tatouage...
Tatoueur, client : mode d'emploi

BadTattoos.com (en anglais) est une sorte de grande galerie photos de tatouages "ratés", ou franchement "moches". Le site a pour objectif d'amuser les visiteurs, mais également de les "éduquer" par l'image... L'anonymat des "tatoueurs" est bien entendu préservé.
Sources :
Sur le thème de la "prévention", 2 articles très instructifs parus dans Tatouage Magazine n°27 (juillet/août 2002) : "Je regrette mon tattoo..." et "Mûrir l'idée"
"De l'art ou du...", Edito Tatouage Magazine n°28 (septembre/octobre 2002)
"Sortir des sentiers battus !", Tatouage Magazine n°50 (mai/juin 2006)
"Cher tatouage !", Tatouage Magazine n°62 (mai/juin 2008)
Corpstech : prévention et formation des bodmods

Page modifiée le 12/06/2010 (mise en ligne le 15/12/2002)
© tatouagedoc.net 2002-2010