Tatouage et perçage : que cachent-ils en réalité ?

Chez les adolescents, alors que les garçons se tatouent, les filles se percent. La modification corporelle, notamment le tatouage et le perçage est devenue une mode chez les adolescents de 12 à 18 ans. On les voit souvent du mauvais œil. Sont-ils vraiment des indicateurs de comportement à risque ?

Comportements à risque, tatouage et perçage : définition

On définit comme comportement à risque les actions qui peuvent nuire à la personne et à son environnement. Les comportements à risque les plus communs chez les adolescents sont surtout la prise de drogue, les troubles d’alimentation, le comportement sexuel, la violence et voire même le suicide.

Le tatouage est apparu des siècles auparavant, il était lié à la tradition mêlée à la religion. Le monde contemporain a adopté le tatouage comme étant une forme d’art, un trait de personnalité, un style de vie à suivre pour d’autres.

Le perçage est aussi une modification corporelle qui a existé depuis longtemps. Certaines personnes se font même percer les parties génitales. Comme le tatouage, le perçage corporel est un style, un nouveau mode de vie, une tendance à suivre pour marquer des époques de la vie.

Relations entre modification corporelle et comportement à risque

De nombreuses études ont été avancées sur l’influence des tatouages et perçages corporels chez les jeunes adolescents. Les analyses ont été faites dans des collèges et lycées grâce à un questionnaire à remplir anonymement. Aucune identité n’a été divulguée, ni celle de l’élève, ni celle de l’établissement. Parmi ces étudiants, le pourcentage de personnes ayant un tatouage ne présente pas de grande différence entre les deux sexes. Cependant, le pourcentage de perçage est plus élevé chez les filles que chez les garçons.

L’usage de drogue et d’alcool, la violence, l’entrée en gang, et des problèmes d’estime sont les risques les plus évalués pour ces études. L’usage de drogue comme la cocaïne, hallucinogène et alcool est évalué comme le comportement à risque le plus fréquent chez les adolescents tatoués et/ou percés. L’appartenance à un gang et la consommation de drogue sont plus fréquentes chez les filles tatouées. Tandis que 90% des garçons percés présentent des comportements à risque comme la pratique d’activités illégales.

Avoir un tatouage ou se faire percer est maintenant vu par les adolescents comme une forme d’art, de chef d’œuvre pour augmenter sa cote de popularité. Des études ont montré que les personnes tatouées et/ou percées présentent plus de risque de montrer un comportement dangereux. Toutefois, on ne peut pas généraliser tous les cas. Néanmoins, les parents doivent surveiller tout symptôme émotionnel chez leurs enfants tatoués et/ou percés qui sont souvent sujets à des problèmes d’identité.

About the Author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *